L’action painting, ou l’art de la gestuelle en peinture

Oeuvre d'art abstraite de Jackson PollockJackson Pollock,  Abstract Action Painting

Qu’est-ce que l’action painting ?

Le terme « action painting » a vu le jour en 1952 pour caractériser l’expressionnisme abstrait de Jackson Pollock. Utilisé pour la première fois par Harold Rosenberg, célèbre critique d’art américain, l’idée est de donner de l’importance à la texture, à la matière mais également aux gestes de l’artiste.

« A un certain moment, les peintres américains […] commencèrent à considérer la toile comme une arène dans laquelle agir, plutôt que comme un espace dans lequel reproduire, recréer, analyser ou « exprimer» un objet réel ou imaginaire. Ce qui devait passer sur la toile n’était pas une image, mais un fait, une action. »

Harold Rosenberg

Appartenant à l’expressionnisme abstrait, le mouvement d’art contemporain « action painting » a pris toute son ampleur après la seconde guerre mondiale avec Jackson Pollock et sa technique de « dripping » (1947). Il fait jaillir la peinture d’une boîte percée afin qu’elle se répande sur la toile avant d’y ajouter des couleurs à l’aide d’un bâton. L’oeuvre est, pour l’artiste, la représentation de l’action du corps sur la toile et non une image. Le corps se déplace “littéralement dans la peinture “. Les gestes et la rapidité des mouvements dominent la matière.

Si Pollock est le chef de file de ce mouvement de nombreux artistes prennent part à l’action painting.

  • Willem De Kooning et ses représentations mi-figuratives mi-abstraites en couleurs vives
  • Franz Kline avec ses dynamiques mouvements de brosse à dominante sombres et blanches…

Ces artistes de renom ont inspiré de nombreux jeunes artistes.

 

L’action painting de Silvère Jarrosson

C’est le cas de Silvère Jarrosson, un jeune artiste de 25 ans qui s’attache à peindre les formes du monde en mouvement. Le peintre s’inspire de l’expressionnisme abstrait avec une méthode proche de l’action painting. Son objectif ? Rendre hommage à « l’aléa du mouvement spontané et ce qu’il engendre𛲠 ».

« Mon travail pictural se veut une représentation du monde dans sa globalité, sous différentes formes et à différentes échelles (aussi bien microscopiques que célestes). Le monde bouge de façon hasardeuse et désordonnée, ce qui lui confère sa beauté et son éloquence à mes yeux. Sa manière de se façonner et de se mouvoir est irrégulière et imprévisible, donc évocatrice. »

Silvère Jarrosson

Un travail salué par les critiques d’art dont Mathieu François du Bertrand (AICA France) :

« Le travail de Silvère Jarrosson ajoute au monde connu sa dimension apocalyptique. Il montre un univers où tous les langages sont abolis, mais dans lequel règnent encore la part animée et mouvante de l’âme, le fredonnement des interstices, la respiration des vides : sans cela, l’être renoncerait à sa part légendaire. C’est pourquoi cet art se regarde comme une aventure organique et lente de ce temps mythique présent en nous, à notre insu, et qui rejaillit dans nos émotions. »

 

Action painting Figure 8 oeuvre de Silvère Jarrosson

 

L’oeuvre « Figure 8 » de Silvère Jarrosson sera disponible lors de la vente aux enchères le 20 juin 2018 à 18h pour l’édition 2018 du Prix Juvenars. Rendez-vous à la galerie de l’IESA art&culture à partir du lundi 18 juin pour voir l’oeuvre.

 

Découvrez aussi le catalogue complet des oeuvres de la vente aux enchères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *